Livraison gratuite sans minimum d'achat

Comment le yoga traite la douleur chronique?

Publié par Yoga Life le

Comment le yoga traite la douleur chronique?

Cet article sera de loin celui le plus complet, il s'apparente à un guide complet, vous y découvrirez comment le yoga traite la douleur chronique.

La douleur nous dit que quelque chose ne va pas et que quelque chose doit changer. C'est pourquoi nous pouvons expérimenter la douleur en tant que notre enseignant. Cette idée est exprimée dans le verset du gourou sanskrit devo mahesvara, qui se traduit par «maladies, accidents, traumatismes et pertes qui ont le pouvoir de nous sortir de l'obscurité vers la lumière.» Il peut vous apprendre à prendre soin de vous-même. être humble. Il peut éveiller la compassion envers vous-même et les autres.

La douleur est inévitable. Malheureusement, beaucoup d'entre nous connaîtront une douleur physique et / ou psychologique à un moment donné de notre vie. Le yoga distingue la douleur et la souffrance. La douleur ne peut pas être complètement évitée, mais combien cela vous affecte, combien vous souffrez, en d'autres termes, est en grande partie une question d'esprit. La clé de l'accès yogique à la douleur est la capacité de faire la distinction entre la douleur elle-même et vos pensées à ce sujet et votre réaction émotionnelle à cela. Alors que la douleur est inévitable, la souffrance est un choix. La souffrance ne se produit que lorsque nous résistons à la douleur.

La souffrance ainsi que la douleur elle-même peuvent maintenir le corps dans un état de stress, ce qui entraîne une dégradation du sommeil, une aggravation de l'inflammation et un gain de poids, ce qui entraîne en général une détérioration de l'état de santé.

L'exemption de la souffrance était l'objectif principal du yoga pendant des milliers d'années. La science moderne et le yoga partagent la même idée: la douleur et l'attention actuelles ont des racines dans la douleur passée, le traumatisme, le stress, la perte et la maladie. La science moderne utilise des mots tels que la neuroplasticité pour décrire le processus d'apprentissage des expériences précédentes; Le yoga utilise le mot samskara. Par une rechute de la douleur, le système nerveux devient mieux à même de détecter la menace et de créer une réponse protectrice à la douleur. Ainsi, malheureusement, dans le cas de la douleur chronique, apprendre de l'expérience et devenir «meilleur» en réponse à la douleur, cela signifie paradoxalement plus de souffrance, pas moins.

La neuroplasticité, cependant, fournit une explication, mais aussi une solution à la douleur chronique, car elle fait que tout ce que nous faisons plus souvent pour travailler plus facilement, et aussi pour répondre à des réactions de guérison douloureuses comme le repos, l'acceptation et la gratitude

Les Samscreens sont des souvenirs du corps et de l'esprit qui affectent la façon dont nous vivons le moment présent. Les samskaras vous garde pris au piège dans les sentiments des mêmes sentiments, les pensées des mêmes pensées, et même éprouver la même douleur. Les samskaras sont la racine de toutes les souffrances inutiles et la pratique du yoga est le meilleur moyen de se débarrasser d'eux.

D'un point de vue yogique, la douleur est généralement associée aux pranas ou à la force de vie, qui ne bouge pas correctement dans l'espace - un bloc pranique en particulier. Prana, selon l'apprentissage du yoga, suit la conscience. Un courant de prana dans votre corps est ce qui permet au corps de guérir. Lorsque le prana est bas, vous pouvez vous sentir fatigué, malade, déprimé ou avoir mal. Quand le prana est haut, vous vous sentez vif, heureux et fort. La tradition du yoga a développé de nombreuses pratiques de respiration qui soutiennent le style de vie.

 

Contrairement aux médicaments qui sont moins efficaces au fil du temps, le yoga devient plus efficace au fil des semaines, des mois et même des années de pratique régulière. Plus vous pratiquez longtemps et régulièrement, plus profond sera le changement de votre corps, de votre système nerveux et de votre bien-être.

 

La douleur est beaucoup plus complexe que la saison physique elle-même, la douleur est l'une des expériences humaines les plus complexes. Un ensemble groupé de réponses cérébrales protectrices - de la première sensation de douleur au dépannage, à la souffrance émotionnelle, à la réaction stressante et à l'apprentissage - est votre expérience personnelle de la douleur.

La douleur aiguë a un rôle protecteur, venant habituellement soudainement et causée par quelque chose de spécifique. Il a une qualité nette et ne dure généralement pas plus de 3 mois. Il passe quand il n'y a plus de cause de douleur.

La douleur chronique n'est plus un symptôme. La douleur chronique est généralement décrite en termes de douleur totale, avec des composantes physiques, émotionnelles, sociales et spirituelles. Par définition, une douleur chronique qui persiste pendant 3 mois ou plus n'a pas été traitée avec succès par un traitement ou des soins médicaux. Il dure plus longtemps que la période naturelle de la germination, il n'est pas proportionnel au facteur causatif et est surveillé par un système nerveux sensible et ne sert à rien. La douleur chronique prend les caractéristiques d'une maladie nécessitant un traitement spécifique. Il existe plusieurs changements chimiques, anatomiques, physiopathologiques et génétiques dans les voies nerveuses qui conduisent à des schémas de douleur persistants.

 

 

La douleur chronique diffère de la douleur aiguë de trois façons importantes:

  1. Le corps peut devenir plus sensible aux menaces. L'esprit et le corps, en plus de se remettre des événements traumatisants et d'apprendre d'eux., s'adaptent habituellement aux menaces précédentes en devenant trop protecteurs. Le système nerveux, y compris les nerfs sensoriels, la moelle épinière et le cerveau, peut devenir hypersensible à la douleur et envoyer des signaux menaçants au cerveau, même lorsque la menace est faible ou inexistante, entraînant des sentiments de peur et d'anxiété. Les récepteurs sensoriels dans les articulations ou les muscles, par exemple, peuvent envoyer des signaux au cerveau qui amplifient ou surestiment la stimulation douloureuse réelle.
  2. L'un des facteurs importants est que beaucoup souffrent de douleurs neuropathiques, ce qui signifie que la douleur qu'ils éprouvent n'est pas proportionnelle aux lésions tissulaires ou aux blessures actuelles. Au lieu de cela, la douleur est causée par des changements dans la façon dont le système nerveux traite la sensation. La probabilité que les régions du cerveau qui interprètent la sensation augmente la probabilité de développer une sensation inoffensive de sensation inoffensive, créant une réponse à la douleur qui est incompatible avec le danger réel.
  3. Avec des expériences douloureuses répétées, la frontière entre de nombreux aspects d'une réponse douloureuse - la sensation, la souffrance et le stress - devient floue. Ces différences signifient que la douleur chronique est un signal beaucoup moins fiable de ce qui se passe dans votre corps par rapport à la douleur aiguë. La douleur que vous ressentez peut refléter la menace réelle pour le corps, mais ce n'est souvent pas le cas.

 

Types de douleurs:

Douleurs dorsales chroniques (discus exigu, sténose spinale, lésions musculaires lombaires, ligaments et tendons, fractures traumatiques, difformités structurelles telles que scoliose, cyphose et lordose).

Céphalées chroniques (maux de tête dus à la faiblesse musculaire du cou, des épaules et du cuir chevelu, maux de tête dus à un effort prolongé sur l'ordinateur ou mauvaise dioptrie, migraines dues au système nerveux ou à des changements hormonaux dans le corps). c'est la propagation des vaisseaux sanguins dans le côté affecté du cerveau; dans des maladies comme la SP, le cancer, les lésions cérébrales, le VIH et l'hypertension artérielle.

Douleur chronique dans les articulations (arthrose, polyarthrite rhumatoïde, étirement répété chez les athlètes d'articulations habituellement plus grosses comme le genou ou l'épaule).

Douleur neuropathique (douleur sciatique, compression du nerf due au glissement du disque, neuropathie diabétique, syndrome du canal carpien).

Autres maladies (fibromyalgie, syndrome de fatigue chronique, syndrome du côlon irritable, cancer, dépression, douleur prémenstruelle).

 

Dans la plupart des douleurs chroniques, qu'elles soient directement liées au système musculo-squelettique (douleurs dorsales et lombaires, maux de tête dus à la tension, douleurs myofasciales, fibromyalgie) ou non, il y a une augmentation significative de la charge statique due à la tension musculaire. à la microcirculation dans les muscles et les organes internes.

La tension musculaire est presque une réaction réflexe au stress - la façon dont le corps est protégé contre les blessures et la douleur. Avec un début soudain de stress, tous les muscles deviennent tendus en même temps, puis relâchent la tension lorsque la contrainte passe. Le stress chronique fait que les muscles du corps sont plus ou moins constamment sollicités. Lorsque les muscles se tendent et se tendent pendant une longue période de temps, ils peuvent provoquer d'autres réactions dans le corps et entraîner des troubles liés au stress.

Un resserrement involontaire des muscles peut être un problème dans une série de conditions (maux de tête dus à la tension et la migraine sont associés à une tension musculaire chronique dans la région de l'épaule, du cou et de la tête ou syndrome du canal carpien). De plus, puisque la douleur et le stress sont des systèmes de survie et vont souvent de pair, le système nerveux peut commencer à traiter toutes les menaces physiques, émotionnelles, financières, sociales, etc. - comme une douleur physique. Pour cette raison, l'une des étapes les plus importantes dans la prévention et la lutte contre la douleur chronique sera de savoir comment réduire le stress. Bien que la douleur chronique puisse aggraver notre capacité à supporter le stress, la pratique régulière du yoga peut améliorer le stress et avoir un impact positif sur la douleur chronique.

Garder le corps peut jouer un rôle majeur dans le mal de dos, le syndrome du canal carpien et de nombreuses autres conditions, les asanas peuvent être d'une grande aide. Dans un monde moderne où les gens passent une grande partie de leur journée assis au bureau ou à regarder l'écran de l'ordinateur ou de la télévision, il est courant qu'ils se penchent le dos et se tiennent la tête devant la colonne vertébrale. Cette forme de C peut perturber la conduction à travers les nerfs ou l'écoulement du sang vers le bras, ce qui peut exacerber la douleur de conditions telles que le tunnel carpien ou le syndrome d'ouverture thoracique supérieure. Cette posture incorrecte est généralement suivie d'une rotation interne malsaine des bras, ce qui aggrave encore le problème.

 

La présence de la douleur chronique commence également à affecter d'autres parties de notre fonctionnement quotidien. Certains des changements physiologiques qui résultent de la douleur sont:

La respiration change. La respiration devient trouble et dysfonctionnelle. La respiration devient principalement thoracique avec de plus petits mouvements du diaphragme.

La tension musculaire change lorsque le corps est en état d'alerte. Il y a une tension musculaire profonde constante caractérisée par une tension musculaire statique répétée et un stress psychologique, en particulier dans les groupes musculaires posturaux.

Notre façon de bouger change radicalement alors que nous essayons de protéger la zone douloureuse. Parfois les gens s'arrêtent avec n'importe quel mouvement  pendant que d'autres le serrent et le portent et s'arrêtent seulement quand la douleur est si forte qu'ils ne peuvent pas continuer à bouger.

La douleur chronique affecte le sommeil, l'énergie et l'appétit.

L'idée du corps (telle que nous la percevons) change.

Changer les modes de pensée: nous sommes moins optimistes et nous pouvons être d'humeur changeante, anxieux et déprimant.

Un patient avec une douleur constante et ininterrompue ressent une perte de contrôle sur la situation et perd confiance en lui-même et se retire avec un sentiment d'isolement et de solitude. Parfois, il y a de l'irritabilité, de l'agitation et de l'agressivité. Il y a aussi une peur de la dépendance envers les autres et de la souffrance future.

Les personnes souffrant de douleur chronique ont généralement essayées - et ont trouvé un certain soulagement - un grand nombre d'agents, y compris les médicaments auxiliaires et les médicaments prescrits, les massages, les procédures chiropratiques et la thérapie physique.

Lorsque vous vivez avec une douleur chronique, une attitude négative envers le corps est souvent développée. Si le corps est limité et provoque de l'anxiété, de la frustration, de la dépression ou de l'anxiété, la réaction naturelle est de vous en séparer. Beaucoup de gens veulent pousser ces émotions qui provoquent une maladie chronique, alors certains essaient de la réduire au silence, alors qu'il suffit d'écouter et de réagir avec compassion.

La meilleure façon de se débarrasser de la réponse chronique douloureuse et stressante est de laisser l'esprit et le corps s'entraîner à pratiquer une réponse plus saine. Notre esprit et notre corps ont des réponses curatives intégrées qui sont tout aussi puissantes que la douleur protectrice et le stress. Ces réponses curatives comprennent des systèmes naturels pour le soulagement de la douleur, la relaxation et des émotions positives telles que la joie et la gratitude. En aidant à transformer la douleur chronique et les réponses au stress en «traitement chronique» de la réponse de l'esprit et du corps, le yoga aide à réduire la souffrance ou la douleur chronique.

Nous pensons généralement que l'esprit est quelque peu séparé du corps. L'esprit est l'expérience mystérieuse que nous avons quand nous existons en tant que tels: c'est ce que nous pensons, ce que nous ressentons et notre capacité d'agir avec une intention consciente. Mais la chose est, votre esprit est dans votre corps. Sensations, émotions, pensées - tout se reflète dans votre corps.

La décision est un événement biochimique inhérent dans le corps, l'envoi de neurotransmetteurs, des hormones et des signaux d'action dans tout le corps.

Les sensations, les pensées et les émotions sont créées et communiquées par plusieurs systèmes dans le corps, y compris le système nerveux, le système endocrinien et le système immunitaire. Tous ces systèmes sont étroitement liés les uns aux autres. Ensemble, ils font un esprit biologique. Leurs interactions font de votre expérience de toutes les sensations, pensées et émotions - y compris la douleur physique - et la façon dont elles travaillent ensemble sera également la clé pour mettre fin à votre douleur.

Dans le yoga, il y a un modèle de Panchamaya - une perception en cinq dimensions (également appelée cinq Koshas) et est un moyen d'organiser notre réflexion quand il s'agit des cinq strates principales de notre système. Un être humain est considéré comme expérimentant chaque interaction à travers la perception physique, vitale, émotionnelle, intellectuelle et spirituelle en même temps, avec l'enveloppe physique comme la perception la plus dure et subtile et intellectuellement et spirituellement la plus corrompue. On pense aussi que les ondes dans l'enveloppe émotionnelle affectent la dimension la plus sévère du flux d'énergie vitale et du corps physique. La tradition du yoga a développé des instruments pour apporter l'équilibre et la guérison à toutes ces couches, à partir du corps physique. Au lieu de voir le corps comme un certain nombre de parties différentes, avec certaines qui sont fortes et confortables tandis que d'autres sont faibles et malades, le yoga trouve que le corps est une entité organique et connectée dont les parties sont dans une connexion mobile ininterrompue.

Le yoga offre différents niveaux et moyens de se détendre, dynamiser, remodeler et renforcer le corps et la psyché.

Dans la douleur chronique, les styles de yoga qui se concentrent sur l'alignement, la relaxation ou la thérapeutique, tels que Iyengar, Kripal ou Viniyoga, sont recommandés.

 

 

Yoga réparateur

La relaxation s'est révélée particulièrement curative pour la douleur chronique. Elle exclut la réponse au stress et dirige l'énergie corporelle vers la croissance, la récupération, les fonctions immunologiques, la digestion et d'autres processus de revitalisation.

Le yoga réparateur active la réponse de relaxation curative en combinant des positions de yoga douces avec la respiration consciente. Il y a plusieurs facteurs qui rendent le yoga réparateur si relaxant:

Tout d'abord, chaque pose devrait être tenue plus longtemps que quelques respirations. Vous pouvez rester dans la position réparatrice pendant 10 minutes ou même plus longtemps. Il peut sembler étrange que si vous voulez libérer le flux d'énergie dans votre corps, vous devez rester calme. Cependant, le reste externe de votre corps vous donne l'occasion d'observer le flux d'énergie interne déjà présent dans le corps. Le yoga admet que le flux d'énergie est déjà en vous, se déplaçant à travers vous comme la respiration et la sensation. Être calme dans les positions vous aide à le sentir. Le sommeil permet au corps de rejeter même les couches de tension les plus profondes.

Deuxièmement, les poses réparatrices sont utilisées pour soutenir le corps. Les exigences peuvent être un mur, une chaise, un canapé, des oreillers, des serviettes, des serviettes ou des traversins conçus spécialement pour la pratique du yoga réparateur. Un soutien réel dans la position vous aidera à le sentir inexpérimenté, de sorte que votre corps peut se détendre complètement.

Vous ne devriez pas ressentir une forte sensation d'étirement ou de force comme vous pourriez l'avoir ressenti dans une pose de yoga active. S'étirer et se renforcer, bien que sain, sont des formes de tension dans le corps. Ils sont une sorte de bon stress corporel, demandant au corps de s'adapter aux défis d'une pose. Mais le yoga réparateur est là pour nous libérer de la tension et du stress.

Bien que ces poses puissent sembler ne rien faire, c'est loin d'être vrai. Un yoga réparateur détend le corps mais engage l'esprit. Les éléments respirants recherchent chacun un yoga réparateur avec un processus actif de concentration de l'esprit sur les pensées, les sensations et les émotions de guérison.

Comment pouvez-vous apprendre à trouver le calme dans toutes les positions de yoga, vous apprenez également à faire face à chaque défi avec le courage et la présence du patient. Pour les asans, ainsi que pour les vignas, la respiration est de nouveau l'ingrédient clé qui fait du yoga un tas de guérison.

 

 

Tenir, étirer, et respirer consciencieusement.

Les Asanas peuvent être d'une grande aide dans des conditions telles que le mal de dos et l'arthrite dégénérative, où un mauvais alignement anatomique et des mouvements dysfonctionnels contribuent habituellement au problème. Apprendre à embaucher des muscles qui ne fonctionnent pas correctement et détendre ceux qui ne se détendent pas quand ils le devraient, les praticiens du yoga peuvent apporter leurs os à un meilleur alignement, libérant la compression des articulations et des tissus mous. Les praticiens du yoga apprennent à prendre conscience dans les zones où ils ont actuellement peu.

Contrairement aux exercices, les asanas sont isométriques et ne peuvent être étudiés que par des techniques électromyographiques subtiles. Il y a une activité EMG plus faible par rapport à d'autres exercices, qui peuvent être davantage dilués par l'attention et l'accent sur la relaxation. Les Asanas apportent la stabilité, la santé, la laxité corporelle et le fonctionnement optimal du tissu. Les Asanas sont utiles dans la phase de maintenance pour restaurer la forme physique, déplacer le squelette et réparer le corps. Ils ouvrent un flux d'énergie vitale à travers le corps, ainsi que le flux d'oxygène qui est subjectivement perçu comme une augmentation des niveaux d'énergie et un sentiment positif de bien-être. Des asanas bien choisis et équilibrés peuvent fortifier les muscles et raffiner la prise ensemble avec la relaxation, aident à se lever et minimisent la douleur chronique, changent les vieux schémas de mouvement, et établissent une relation plus positive avec le corps.

Asana et pranayama harmonisent le système physiologique et initient une «réponse de relaxation» dans le système neuroendocrinien et réduisent le niveau de stress. Asane stabilise le système nerveux autonome. Ils affectent le système endocrinien et le plexus nerveux en augmentant le flux sanguin local par gravité (Sarvangasana sur la thyroïde), la contraction des muscles environnants (Bhujangasan au plexus faible), ou par la pression (Mayurasana sur le plexus solaire). Les études effectuées par des praticiens réguliers montrent une diminution des niveaux de cortisol et de cholinestérase, ce qui indique une réduction du stress. Il existe des preuves de libération d'opioïdes endogènes au cours d'étirements musculaires prolongés.

La réponse de relaxation consiste à ralentir le métabolisme, à apaiser la respiration, à stabiliser la tension artérielle, à réduire la tension musculaire, à ralentir le rythme cardiaque et à ralentir les ondes cérébrales. Comment réguler le modèle de décharge nerveuse, hyper excitation du système nerveux et la charge statique sur les muscles posturaux s'affaiblit.

Divers asanas à travers l'étirement des muscles abdominaux et les contractions combinées avec les mouvements de la colonne vertébrale correspondants ont pour effet de compression et de décompression sur le sang et les lymphocytes.

La pratique régulière d'Asana peut améliorer le sommeil. Un mauvais rêve peut aggraver la douleur et est considéré comme ayant un contributeur majeur à la douleur dans des cas tels que le syndrome de fatigue chronique et la fibromyalgie. Cependant, les pratiques d'activation telles que l'inversion vers l'arrière ou le pranayama fort devraient être évitées, trop près pour dormir. La sensibilité varie selon les individus, mais c'est généralement une bonne idée d'avoir de fortes asanas et de dormir pendant plusieurs heures et d'équilibrer la pratique active avec une bonne dose de réparatrice et de relaxante, surtout quand on fait de l'exercice plus tard dans la journée.

En vous enseignant comment écouter votre corps et prendre soin de vos besoins, le yoga peut vous donner le sentiment de sécurité, de contrôle et de courage dont vous avez besoin pour surmonter votre expérience de la douleur chronique.

Le mouvement de yoga est une forme particulièrement bonne d'exercice pour des personnes avec la douleur. Vous pouvez aller à votre rythme, choisir les mouvements qui vous plaisent et passer le temps nécessaire pour apprendre à rendre votre corps plus confortable. Vous n'avez pas besoin de câliner, de forcer ou de rivaliser pour obtenir les avantages du yoga.

Le mouvement dans le yoga est en pleine conscience et est associé à la respiration / méditation en mouvement. Ce faisant, améliorer le flux de prana / force vitale / énergie dans le corps, ce qui améliore l'état de santé général. Quand il s'agit de la pratique du yoga chez les personnes souffrant de douleur chronique, il y a un guide général qui quand ils veulent bouger, ils doivent se déplacer lentement et exécuter tout ce qu'ils peuvent dans toutes les directions possibles.

Qu'est-ce qui aide ici - pour la douleur, l'énergie, le sommeil et l'immunité - a beaucoup moins à voir avec les poses qui fonctionnent et plus avec le mouvement de leur corps. Ils devraient essayer de déplacer le corps facilement à travers chaque position - au-dessus, en bas, à gauche, à droite, en avant, en arrière, en haut, en bas. Ils ne devraient pas se préoccuper autant des positions, de la manière correcte de s'exercer, ou de la force d'entrer dans n'importe quelle position. Ils ont juste besoin de détendre le corps, de respirer profondément et de surveiller ce qu'ils ressentent en explorant doucement dans toutes les directions. Ils ne sont pas des poses importantes, mais leur bien-être, c'est donc une suggestion de l'explorer à la légère et de connaître chaque partie d'eux-mêmes. Quand ils trouvent un endroit où ils sont à l'aise, ils doivent être gardés et respirés. Au lieu de stresser votre corps et votre esprit, l'exercice de cette façon peut les aider à vous guider dans la direction souhaitée: vous en débarrasser. Une fois que votre esprit et votre corps se sentent en sécurité, vos systèmes nutritionnels peuvent passer du régime de défense à un modèle de traitement et de bonheur.

Les mouvements pandulaires sont profondément curatifs car ils sont la façon dont le système nerveux éveille le système sensor-moteur. Ces mouvements de guérison préviennent l'accumulation de tensions musculaires chroniques et augmentent la volonté de contrôler vos muscles.

 

Quelques autres conseils:

 

Utilisez votre imagination

Traditionnellement, les yogis croyaient qu'imaginer le mouvement avant que vous l'ayez réellement préparé par l'esprit et le corps pour le bénéfice complet de la pose. La recherche scientifique a maintenant confirmé que l'imagination du mouvement prépare le corps à se déplacer avec plus de facilité, de confort et de compétence. Quand vous imaginez le mouvement, vous activez les mêmes parties du cerveau et les voies du système nerveux nécessaires pour ce mouvement particulier. L'imagination d'un mouvement particulièrement douloureux, indolore, peut même conduire le cerveau du dag et l'éprouver moins douloureusement.

 

Équilibrer l'effort et la facilité.

Au lieu de repousser la frontière, pensez à rester dans 50 à 60% de l'effort de la zone. Vous devriez être capable de respirer avec aisance, en gardant l'intégrité de la forme. Faites de votre mieux pour répondre aux besoins du mouvement ou de la position, avec le moins de tension dans votre corps et votre esprit.

 

Reconnaître la position et le mouvement

Conscience - prêter attention à ce que vous faites pendant que vous le faites et à la façon dont il semble vous donner tous les avantages d'un mouvement ou d'une position. Ceci est particulièrement important quand un poste provoque des sentiments forts dans le corps, comme un sentiment d'étirement profond ou une sensation de muscles qui travaillent pour vous soutenir. Il est tentant de bloquer ces sensations, surtout si vous avez appris à travailler avec la douleur.

Il y a une frontière subtile et variable entre la douleur et un sentiment de changement pour le mieux qui se passe dans le corps pendant la posture du yoga. Si vous ne faites pas attention à ce que vous ressentez, des sensations sûres et saines peuvent être mal comprises par l'esprit en tant que douleur. Cela déclenchera une réaction au stress qui augmentera la tension et la douleur.

D'un autre côté, si vous ignorez les sensations qui sont de véritables signaux d'alerte, vous risquez de vous blesser. Même pendant le yoga léger, vous ressentirez des contraintes physiques et des sensations fortes. Vous devez avoir de la sympathie pour votre corps afin de pouvoir répondre habilement à ces défis.

Sans créer une relation amicale avec votre corps, vous pouvez devenir frustré par n'importe quelle contrainte ou malaise, et abandonner et perdre le potentiel de guérison du mouvement. Si vous êtes habitué à ignorer la sensation de votre corps, vous pouvez être déterminé à pousser à travers toute douleur que vous ressentez, ce qui ne fera qu'approfondir la douleur de votre douleur. Développez votre capacité à rester avec des sentiments douloureux et des sentiments sans condamnation.

 

Focus sur le bien

L'attention à l'inconfort dans le corps devrait être équilibré avec l'attention aux stimuli indolores associés afin d'éviter de se sentir surchargé. En yoga, nous pratiquons l'art de focaliser et de focaliser l'attention. Les sensations douloureuses peuvent être lourdes; par conséquent, nous pouvons alterner la douleur et les sentiments agréables (ou neutres) alternativement. Par exemple, vous pouvez sentir la douleur de l'épaule, puis tournez votre attention vers le bout du nez et le mouvement de l'air pendant que vous respirez et expirez.

 

Suivez la loi du karma

Dans la folomique du yoga, le karma signifie simplement que chaque action a ses propres conséquences. Pour garder votre pratique du yoga en bonne santé et non nuisible, vous devez devenir un étudiant de karma.

Votre pratique du yoga devrait être axée sur la recherche corporelle, la respiration, le comportement d'un moment à l'autre. En pratiquant, notez les changements subtils que chaque mouvement ou position a sur votre corps. Vous sentez-vous à l'aise? Vous étirez-vous en respirant ou respirez-vous facilement? Y a-t-il des sensations dans le corps - et si oui, sont-elles douloureuses ou agréables? Si vous changez quelque chose comme vous l'avez fait, cela change-t-il votre perception de la situation? Après la position, est-ce que ça fait mal de façon plus prononcé ou le contraires? La pose a-t-elle renforcé ou soulagé la tension dans le corps?

En tant que disciple du karma, vous devriez faire attention à ce que vous ressentez plus tard dans la journée, même le jour suivant. Ressentez-vous plus ou moins de douleur? Vous sentez-vous plus ou moins stressé? Quelle est votre énergie? Quelle est votre humeur? Comment avez-vous dormi?

Rappelez-vous que le mouvement n'est qu'une composante d'une pratique de yoga thérapeutique. Même si certaines poses ne sont pas appropriées pour votre corps, vous pouvez toujours avoir une pratique de yoga riche et complète, y compris la respiration, la relaxation et la méditation.

 

 

Respirer pour la relaxation dans la douleur chronique

Dès que quelque chose déclenche une alarme, la respiration change. Il peut s'agir de respiration superficielle, d'hyperventilation ou de respiration. Pranayama peut être un moyen puissant de détendre rapidement le système nerveux, en changeant l'équilibre des combats ou en fuyant du côté sympathique à une partie parasympathique plus réparatrice.

Des pratiques telles que le simple ralentissement de la respiration, la prolongation de la respiration par rapport à la respiration et une courte pause après la respiration tendent à déplacer l'équilibre du système nerveux vers le côté parasympathique. Mieux encore, ces techniques de pranayama simples peuvent être faites presque n'importe où, sans savoir quoi d'autre vous faites - et l'événement de détente commence tout de suite.

Les élèves peuvent faire ces exercices de respiration sur le sol s'ils s'installent bien et s'ils sont à l'aise. Sinon, n'hésitez pas à utiliser les accessoires, ou encouragez-les à utiliser une chaise. S'ils le trouvent inconfortable pour quelque raison que ce soit, cela affectera la relaxation et empêchera le but de l'exercice.Il est également très utile de faire du pranayama couché dans une position soutenue sur le sol. Essayez de placer des couvertures étroites et bouclées (ou des prunas spécialement conçues pour le traversin) le long de la colonne vertébrale et de soutenir la tête et le cou au besoin pour maintenir le menton sous le front. Un sac de sable aux yeux peut accélérer le pratyahara, en détournant les sens, en approfondissant la relaxation.

 

Respiration

La respiration est une pratique consistant à remarquer comment la respiration entre et sort de votre corps par le nez, la bouche, la gorge et les mouvements de votre corps lorsque vous respirez. Tout en pratiquant la respiration consciente, vous devez respirer naturellement sans effort ni contrôle de la respiration, respirer profondément ou respirer mieux. Vous n'essayez pas de réaliser autre chose que la conscience et de savoir qu'il n'y a pas une seule bonne façon de respirer. Lorsque vous prenez conscience de votre respiration, vous pouvez découvrir que la qualité de votre respiration change. Il peut ralentir ou approfondir. Il se peut que vous sentiez qu'il est plus facile de respirer. Laissez tout cela se produire naturellement, sans effort ou effort pour arriver. Si vous sentez le contraire et concluez que prêter attention à la respiration est stressant, vous pouvez vous arrêter à tout moment.

 

Respiration diaphragmatique

La respiration diaphragmatique détendue est un mode de respiration sain dans lequel les muscles abdominaux se détendent pendant leur incision. Cela permet d'abaisser les diaphragmes et de dilater les poumons avec un minimum d'effort. Les personnes souffrant de douleurs chroniques peuvent s'habituer à resserrer leurs muscles abdominaux. Cela inhibe le mouvement du diaphragme, ce qui entraîne une respiration peu profonde et intense. Afin d'enseigner aux élèves la respiration détendue, il suffit de les encourager à se détendre les muscles de l'estomac et d'être patient avec la respiration. La respiration diaphragmatique détendue ne nécessite ni effort ni force; Il s'agit plutôt de relâcher la tension chronique et de respirer.

 

Souffle médicinal

Les personnes souffrant de douleurs chroniques respirent généralement une respiration courte et peu profonde qui peut déclencher une réaction de combat ou de ruissellement dans le corps et conduire à la libération d'hormones de stress comme le cortisol. La respiration profonde soulage le stress en stimulant le nerf vagal. S'étendant du cerveau au diaphragme, le nerf vagal active le système nerveux parasympathique. Par conséquent, les exercices de respiration sont cruciaux pour les personnes souffrant de douleur chronique.

Pour l'essayer, reposez-vous à Savannan (Position des Morts). Inspirez et respirez lentement, en vous concentrant sur la sensation de faire passer l'air par le nez dans le corps et de ressortir. Pensez au souffle qui vous donne des pranas ou force de vie. Visualisez ce souffle curatif qui remplit tout le corps. Que chaque nouvelle respiration apporte de l'énergie pour se dilater, se ramollir, se purifier et se libérer. Avec un souffle, une certaine tension et le poids de la douleur expirent du corps. Continuez jusqu'à ce que vous vous sentiez plus calme et détendu. Sors du poste quand tu es prêt.

 

Respirer avec le corps

La respiration corporelle est une pratique de visualisation tirée de la pratique traditionnelle du yoga nidra (rêve yogique) et de la pratique des scans corporels enseignée dans le programme de soulagement du stress de Jon Kabat-Zinn à l'aide de la sensibilisation des personnes souffrant de douleur chronique. Commencez dans n'importe quelle position confortable et détendue comme Savannah (position des morts). Placez vos mains sur votre estomac et respirez. Regardez le soulèvement et l'abaissement de l'estomac et remarquez comment la respiration entre et sort de votre corps.

Dans cette pratique, vous imaginerez que vous pouvez inspirer et expirer à travers différentes parties de votre corps - comme si les narines étaient déplacées vers cette partie du corps. Commencez votre pied. Imaginez que la respiration entre et sort du corps par les pieds des pieds. Remarquez toute sensation en eux. Sentez ou imaginez ce flux d'énergie dans vos pieds en respirant. Répétez maintenant la visualisation pour d'autres parties de votre corps: jambes, genoux, butans, hanches, bas du dos, milieu dos et dos, ventre et poitrine, épaules, avant-bras, coudes, avant-bras, mains, cou, front et thèmes.

Lorsque vous ressentez de la tension, de l'inconfort ou de la douleur dans certaines régions, ne le sautez pas. Il y a plusieurs choses que vous pouvez faire pour vous sentir plus à l'aise. Tout d'abord, restez avec la visualisation et dirigez votre respiration vers la sensation d'inconfort ou de douleur. Imaginez que le souffle dissout ou masse la tension et la douleur. Imaginez la tension de la tension ou de la douleur qui s'adoucit. Trouvez un espace à l'intérieur de la douleur.

Deuxièmement, essayez de déplacer votre attention entre la zone désagréable et la zone agréable. Respirez dans une zone douloureuse pendant quelques respirations / respirations puis respirez quelques fois dans un autre endroit. Passer d'une manière ou d'une autre de cette manière peut apprendre à l'esprit à donner la priorité aux sensations désagréables. Pratiquez un type d'obstruction saine: déplacez délibérément la mise au point tout en restant dans le corps.

Lorsque vous traversez le corps entier, laissez votre respiration se sentir comme il pénètre dans le nez, la bouche et la gorge. Imaginez un sentiment de respiration dans tout votre corps, comme si vous le diffusiez doucement pendant que vous inspirez et récupérez pendant que vous expirez. Sentez ou imaginez le flux d'énergie dans votre corps.

 

La respiration est probablement l'exemple le plus commun de la façon dont la respiration liée à la respiration peut vous aider à vous concentrer. Les ondes sonores créées pendant cette respiration peuvent être un moyen de réinventer la partie du corps qui peut ne pas être affectée. Les yogis ont remarqué que les zones dysfonctionnelles sont généralement coupées de la conscience complète. D'un point de vue yoguique, la douleur se réfère généralement aux pranayas ou à la force de vie, qui ne bougent pas bien à travers une zone - un bloc de patch, si vous voulez. Prana, selon les enseignements du yoga, suit la conscience. Lorsque la respiration s'accompagne de vibrations de sons différents, elle peut être utilisée comme un outil pour diriger la conscience. Ainsi, le yoga enseigne, créant des sons et des ondes sonores qui les accompagnent lorsqu'ils traversent les différentes zones de votre corps, ce qui peut être un moyen de déplacer l'énergie stagnante.

Une technique qu'Ana Forrest, professeur de yoga utilise parfois est que lorsqu'un étudiant respire plus fort  que d'habitude; elle demande alors à l'étudiant d'essayer de diriger la respiration dans une partie non infectieuse ou douloureuse. Si vous essayez ceci, voyez si votre étudiant peut utiliser quelque chose de la conscience augmentée résultant de cette région pour trouver l'ouverture et la libération (et ne soyez pas surpris si l'effort physique est accompagné par des émotions).

 

Respiration Bhramari

Une autre pratique particulièrement utile pour sensibiliser le public consiste à pratiquer la posture tout en produisant une «abeille bourdonnante» de respiration Bhramari. Pour ce faire, il suffit simplement de bourdonner doucement à chaque respiration, en continuant à presser aussi confortablement que possible. C'est un moyen facile de prolonger votre expiration par rapport à l'inhalation, même si vous n'y pensez même pas (qui a tendance à transférer le système nerveux vers un mode parasympathique réparateur). Pour les étudiants dont l'esprit est occupé ou perturbé par la douleur - ou une histoire qu'ils racontent à propos de la douleur - le son de Bhramari permet à l'esprit de rester muet pendant un certain temps.

Si vous vous concentrez, vous remarquerez que les ondes sonores de Bhramari résonnent dans tout votre corps jusqu'au bout de vos doigts. Cette vibration tangible résonnera également à travers des parties du corps normalement ternes et peut être un moyen d'essayer de les rendre visibles. Par exemple, si vous ne pouvez pas sentir vos muscles rhomboïdes dans le milieu du dos, vous pouvez être dans un état pendant Bhramara. Une fois que vous sentez vos muscles, vous pouvez avoir plus de succès dans leur engagement. Vous pouvez même essayer un exercice de visualisation dans lequel vous imaginez que le prana suit la vibration à travers ces zones.

 

Bhakti yoga

Il y a quelque chose dans le chant qui fait vivre l'esprit, spécialement pour ceux qui gravitent vers la pratique dévotionnelle. Beaucoup de gens trouvent la guérison profonde pendant le chant, même dans les cas où la vraie guérison n'est pas possible. Une autre façon de toucher le cœur émotionnel du bhakti yoga consiste à prier et à adorer le saint ou la divinité (bien que rien dans le yoga ne vous dise que vous devez croire en une religion ou un dieu particulier pour bénéficier de la pratique dévotionnelle).

Chanter des sons différents avec des fréquences et des intensités différentes a des effets différents sur le corps. Jusqu'à ce qu'il n'y ait rien dans le yoga qui dise que vous devez chanter dans le sanscrit, langue traditionnelle de la plupart des mantras yogiques, certains avantages peuvent être faits si vous le faites. Le sanskrit était un langage conçu, il n'était pas spontané et les enseignants qui l'ont formulé étaient les plus susceptibles pour les générations impliquées dans une étude approfondie des sons et de leurs effets sur le corps et l'esprit.

Les mantras chantants sont conçus pour avoir différentes influences en fonction de leurs sons, ce qui est l'une des raisons pour lesquelles une bonne excuse est considérée comme importante. Différents sons résonnent au maximum dans différentes parties du corps, et cela est explicitement considéré lors de l'attribution de la signification du mot à la langue sanscrit. Par conséquent, il peut y avoir des effets spécifiques de poisons sanskrit qui sont associés à différentes parties du corps.

 

Pratyahara

Cette branche du yoga enseigne à l'esprit à se retirer des stimuli externes, parce que, par cette sensation, nous absorbons le monde qui nous entoure. Un être humain dans son ensemble est une combinaison de corps, d'esprit et d'esprit. Quand nous nommons notre relation avec les deux dernières dimensions et que nous ne nous considérons que comme un corps physique, nous travaillons principalement à travers nos cinq sens. Cette approche limitée limite notre capacité à guérir à travers la douleur. La pratique de Pratiahar ne signifie pas échapper à la situation ou soulager la douleur. Au lieu de cela, cela signifie être au milieu de la douleur, en être informé et ne pas réagir sciemment, mais plutôt choisir de réagir.

La douleur n'est pas le seul signal important pour le corps, mais c'est certainement le plus fort. Lorsque vous êtes sous la douleur chronique, écouter votre corps peut ressembler à la dernière chose que vous voulez faire dans le monde, surtout si vous interprétez «écouter le corps» comme «donner toute votre attention et votre énergie à la douleur».

Ce n'est pas ce que cette pratique exige de vous. Écouter votre corps, c'est vous dire, à vous et aux autres et à d'autres messages du langage corporel, ceux qui sont habituellement submergés de douleur ou ignorés dans vos efforts pour ignorer la douleur. Écouter un corps signifie donner à votre sagesse intérieure une chance de vous guider pour prendre soin de vous.

 

Relaxation consciente

Stimuler et détendre le corps, partie par partie.

La majeure partie de la tension que vous avez dans le corps est inconsciente et involontaire. C'est une façon de se faufiler dans la douleur chronique - la tension inconsciente de la tension passe à travers le radar jusqu'à ce que soudain la tension ne se transforme pas en douleur. La pratique du yoga de relaxation consciente suit le principe qu'il est plus facile d'annuler quelque chose que vous faites délibérément que ce que vous faites inconsciemment. Lors d'une relaxation consciente, vous étirez délibérément les différentes parties du corps et relâchez cet effort.

Vous pouvez pratiquer une relaxation consciente du corps entier au début de la séance afin de vous débarrasser des tensions inconscientes qui rendraient les poses actives moins confortables.

 

Méditation

L'un des moyens les plus importants par lesquels la méditation conduit à un changement permanent est qu'elle aide à découvrir les habitudes de votre esprit qui contribuent à la douleur, au stress et à la souffrance. Tout le monde a des habitudes de pensée et de sentiments chroniques et inconscientes. Certains schémas, tels que l'inquiétude chronique, l'autocritique, la colère ou la solitude, intensifient et intensifient la douleur chronique. D'autres modèles tels que l'acceptation, la gratitude ou l'humour peuvent réduire ou prévenir la douleur. La méditation révèle la liberté que vous avez de choisir l'une ou l'autre pensée.

Par une méditation appelée «se faire des amis avec l'esprit», apprenez à reconnaître les habitudes inconscientes de votre esprit et à choisir consciemment de nouvelles habitudes. Plutôt que de laisser les habitudes de l'esprit vous tirer d'une préoccupation ou d'une plainte à une autre, vous pouvez diriger l'esprit vers les sentiments, les pensées et les sentiments spécifiques qui soutiennent la guérison.

En se concentrant sur la respiration, vous éliminez les déclencheurs externes pour votre esprit. Les pensées qui apparaissent sur l'écran que vous avez créé sont les habitudes de votre esprit. Quand l'esprit n'a rien à voir avec ça, il presse «laisser aller» à ses pensées automatiques et vous divertissent avec des histoires, des souvenirs, des fantasmes et des soucis qui n'ont rien à voir avec ce qui se passe dans un instant. Vous pouvez choisir de ne pas vous permettre d'apporter des émotions causées par des souvenirs, des fantasmes ou des soins. Vous avez une sagesse intérieure à comprendre lorsque votre esprit crée votre propre souffrance et que vous pouvez choisir, et avec compassion, de prêter attention à votre respiration. Si vous trouvez qu'il est particulièrement difficile de vous débarrasser de certaines pensées, vous devriez "laisser vous libérer de cette pensée".

 

Méditation avec mantra

Répétez le son de guérison, des mots ou des phrases à l'intérieur de vous dans votre esprit ou votre accent.

Parler ou chanter un accent de mantras a un effet spécial. Réciter un mantra permet au son de résonner dans votre corps. Il transforme également la méditation en un exercice de respiration puissant.

 

Citta Bhavana (Mouvement de l'esprit)

Reconnaître les pensées, les sentiments et les sentiments d'une condition de guérison spécifique

Il est difficile pour beaucoup de croire que le choix conscient des sentiments peut avoir le même effet sur votre esprit et votre corps que des sentiments qui se produisent spontanément. Mais les sentiments que vous choisissez de ressentir sont aussi réels que les sentiments qui encouragent les événements extérieurs.

Les changements dans votre cerveau et votre corps sont les mêmes, et l'effet sur votre humeur peut être tout aussi fort. Ceci s'applique à la fois aux mauvais et aux bons sentiments. De tous les sentiments positifs que vous pouvez ressentir - l'excitation, l'espoir, la fierté, le bonheur, l'amour, la joie, et ainsi de suite - c'est la plus facile de choisir la gratitude.

Chaque fois que vous voulez expérimenter l'expérience d'une joie intérieure profonde, commencez par la gratitude. Souvenez-vous de tout ce que vous êtes reconnaissant dans votre vie et voyez comment la gratitude et la joie sont ressenties dans le corps. Apprenez que ces sentiments viennent de votre esprit et de votre cœur ouvert. La gratitude et la joie se produisent en vous, pas vous. À la fin de la méditation, souvenez-vous que la joie est votre vraie nature.

 

Méditation pour la connexion

Rappelez-vous le moment où vous vous êtes senti connecté avec une autre personne, animal, nature. Les moments où vous avez ressenti de l'affection, de l'amour, de la gratitude, de la proximité ou si vous faites partie de quelque chose de plus grand que vous. En réfléchissant à ce moment-là, rappelez-vous ce que vous ressentez dans votre corps et voyez si vous pouvez revivre ce sentiment maintenant. À la fin de la journée, lorsque vous vous rappelez les personnes que vous avez contactées, vous voulez qu'elles soient en bonne santé, heureuses, à l'abri de la souffrance et qu'elles apprennent la paix.

Si vous choisissez d'être courageux, rappelez-vous les personnes qui sont les plus importantes pour vous dans la vie ou les personnes qu'ils utiliseront pour faire face à vos peurs. Laissez-vous sentir dans votre corps votre relation avec chacune de ces personnes. Laissez-vous ressentir de l'affection, de la gratitude, de la compassion ou un sentiment de responsabilité. Puis consacrez votre travail à rien et ressentez le sens naturel du courage qui vient de ce dévouement.

 

Pratipaksha Bhavana (bouger l'esprit dans la direction opposée): une technique de méditation pour la douleur et un sentiment de sentiment

Cette méditation vise à vous aider à découvrir que votre esprit est un endroit sûr et que vous avez la force intérieure de faire face à tous les défis, vous n'êtes pas laissé à la merci de vos pensées et de vos sentiments. Cela commence par une pratique de protection qui renforce votre capacité à transformer les pensées et les sentiments. Travailler avec des sensations contraires dans le corps (légèreté / poids, sommeil / mouvement, chaleur / froid, confort / inconfort, tension / relaxation) peut particulièrement aider avec la douleur physique. Avec de la pratique, l'esprit peut être entraîné à se concentrer sur d'autres sentiments plutôt que sur la douleur. La pratique d'étudier sciemment l'état d'esprit contraire (calme / stress, bonheur / tristesse, gratitude / colère, espoir / déception, amour / solitude, courage / peur, confiance en soi / autocritique) peut vous apprendre à éviter d'avoir peur et à surmonter les obstacles.

 

Voila pour cet article, très long mais très complet. Nous vous disons à bientôt pour un nouvel article !

 

Accessoires pour progresser rapidement: Cliquez Ici

Apportez une touche de confort à vos séances:Cliquez Ici


Partager ce message



← Message plus ancien Message plus récent →